22/09/2007

Oecuménisme

Il y a quelques jours, je parlais au téléphone avec une sœur en Christ d’un phénomène qui est entré dans le milieu chrétien : œcuménisme.

Etant chantre, elle est souvent sollicitée pour des concerts chrétiens.

Elle me disait qu’elle avait été invité à participer à un concert payant et ces fonds étaient pour ouvrir un centre pour les orphélins en Afrique. Gloire à Dieu.

Mais quand elle a demandé le programme , l’organisation, on lui dit qu’il y’aura plusieurs religions : les musulmans, catholiques, juifs…qui allaient chanter ect…mais surtout que les chrétiens ne devaient parler ni du Saint Esprit, ni du sang de Jésus car tout cela allait faire peur aux publics…

Comment peut-on en tant que chrétien organiser quelques chose sans que le Saint Esprit puisse prendre le contrôle de toutes choses, c’est Lui l’Ami Fidèle que notre Seigneur Jésus Christ nous a laissé pour nous conduire dans la Vérité (JESUS), sans le Saint Esprit nous sommes conduit dans le mensonge (satan), qu’est ce qui les unir pour faire ce concert , il n’y avait pas d’unité car chacun allait invoquer son Dieu, et c’est le mélange totale, c’est ce que l’on appelle « œcuménisme ».

Je réfléchissais à ce sujet toute la journée quand je suis tombée sur ce témoignage adressé aux chrétiens en JESUS CHRIST.

“A moitié cuits…!”, lettre ouverte à mes frères et sœurs protestants et évangéliques

Mes chers frères et sœurs, j’ai reçu, il y a quelques jours, une invitation à participer à la « Fête de l’Evangile», organisée du 24 au 26 Octobre 2003 dans les Cévennes, par la Convention Chrétienne des Cévennes, dans le cadre de l’année de la Bible et vous en remercie.Je n’en croyais pas mes yeux ! Après avoir lu la fable si parlante (et bien connue) de la « grenouille chauffée » qui finit par mourir, intitulée « A MOITIE CUITS… », je me suis vraiment réjoui des commentaires à propos, entre autres, de la télé, du « méchant israélien et du palestinien persécuté », de l’islam fondamentaliste, des divorcés, de l’homosexualité… « On en a pris l’habitude… » est-il écrit.. Je bénissais le Seigneur d’une telle prise de conscience, espérant qu’en effet le temps du réveil tant attendu approchait pour la France.Et puis, voilà que j’ouvre le dépliant, consulte le programme, et là, je vois, parmi les intervenants du 24 Octobre en soirée : « Père Frédéric Auriol, aumônier hospitalier, délégué épiscopal à l’œcuménisme dans le Gard et Jean-Luc Thirion, laïc, professeur d’éxégèse, formation des futurs prêtres). Je ne connais certes pas ces hommes, et par conséquent je n’ai évidemment rien contre eux en tant que personnes, loin de là – je les bénis au contraire de tout mon cœur- mais je suis, une fois de plus, effaré, consterné, et profondément affligé devant l’aveuglement ou la compromission des responsables évangéliques face au catholicisme romain et à l’œcuménisme en général.Je crains que la « grenouille évangélique » ne soit vraiment en train de chauffer de plus en plus dans la « marmite œcuménique » et que la température ne soit même déjà trop élevée car « elle supporte et ne fait rien, mais laisse la température monter sans tenter de s’extraire de la marmite. Elle va finir par mourir, si ce n’est déjà fait » ( je cite votre dépliant)Et tout cela, en plus, dans le cadre de l’année de la Bible ! Cette même Bible pour laquelle nos pères dans la foi ont préféré mourir, arrosant de leur sang cette même terre des Cévennes, ou partir aux galères, plutôt que de flirter ne serait-ce qu’un peu seulement avec le clergé et l’institution catholique romaine, instrument d’apostasie pour pervertir, masquer et insulter le pur Evangile de Jésus-Christ. (Gal 1 :6-10) Je parle ici, vous le comprenez bien, de l’église romaine en tant qu’institution ecclésiastique, et non des catholiques en tant qu’individus que j’aime, et qui ont besoin bien-sûr – comme les protestants et évangéliques non encore vraiment régénérés, ainsi que tous les autres hommes, quels qu’ils soient- d’être éclairés et sauvés, par pure grâce, par le sang de Jésus versé sur la croix.. Que nos amis catholiques assistent à une telle convention, afin que le Seigneur puisse leur parler, Gloire à Dieu, mais que ces mêmes amis fassent partie des orateurs, alors là, c’est la confusion, vous comprenez la différence bien aimés?Pouvez-vous essayer mes frères, d’imaginer un seul instant Marie Durand se rendant à la « convention chrétienne des Cévennes » pour écouter de brillants orateurs catholiques, grâce à une permission spéciale accordée par ses geôliers de la tour de constance ! A moins que vous ne la classiez aujourd’hui parmi les « extrémistes » ou les « fondamentalistes » et non plus comme un merveilleux modèle de détermination et de fidélité à la Parole de Dieu, à imiter pour… « RESISTER ! » (Daniel 1 :8)Mes frères, je vous le déclare avec amour et larmes : avez-vous vraiment réalisé ce qu’est l’orgueil démesuré de l’infaillibilité pontificale ? Ce qu’est le culte idolâtre de Marie « Mère de Dieu » et « Reine des cieux » ? Ce qu’est l’imposture et la magie du « sacrifice de la messe et de la transsubstantiation » ? Sans parler du célibat obligatoire des prêtres et de la confession auriculaire, sources d’immoralité sexuelle, des prières pour les morts etc…Ces dogmes anti-scripturaires, parmi tant d’autres encore, ont-ils changé aujourd’hui ? ( la liste en est encore très longue malgré les « amendements apparents »)…Je n’ai pourtant pas de formation théologique autre que celle que j’ai reçue et reçois quotidiennement du Saint-Esprit, l’Esprit de Vérité, ( 1 Jean 2 :26-27) mais j’ai encore une Bible que j’ouvre, chéris et médite régulièrement pour essayer, avec la grâce de mon Seigneur et par amour pour Lui, d’y obéir, afin de ne pas me laisser entraîner par la séduction et les ruses des hommes.C’est d’ailleurs, par cette obéissance que j’ose aujourd’hui vous écrire la présente, car le Seigneur me dit : « Je t’adjure devant Dieu et devant le Christ Jésus… prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, convaincs, reprends, exhorte, avec toute patience et en instruisant, car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais, au gré de leurs propres désirs, avec la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront maîtres sur maîtres, ils détourneront leurs oreilles de la vérité et se tourneront vers les fables » ( 2 Tim 4 :1-4)Comment pouvez-vous espérer mes frères, un vrai réveil en France, comme ailleurs, tant que, dans l’Eglise de Jésus-Christ - celle qui professe ( ou professait ) la vraie et saine foi évangélique biblique, celle qui est « la colonne et l’appui de la vérité » ( 1 Tim 3 :15), l’amour pour la Parole de Dieu se sera refroidi au point de « renier ce qui fait la force de la piété » (2 Tim 3 :5) ? ; tant qu’un amour « sentimental » pour Jésus sera toléré, sous prétexte d’une fausse unité qui prévaut sur la vérité, alors que Jésus a déclaré « Ta parole est la vérité » (Jean 17) , et que le véritable amour de Dieu consiste en l’amour et l’obéissance à sa Parole ( Jean 14) ; tant que des compromissions lâches prendront le pas sur l’obéissance inconditionnelle à Dieu qui ne cesse d’inviter dans sa Parole à fuir en particulier l’idolâtrie.L’église catholique romaine, sans doute l’une des composantes majeures de la « grande prostituée » d’Apocalypse 17, n’a cessé au cours de l’histoire, vous le savez mieux que moi, et ne cesse encore aujourd’hui, sous des dehors doucereux et trompeurs, de tordre sciemment les Ecritures, en leur substituant son autorité et infaillibilité papale et son système d’abominations babyloniennes, sous le masque du « christianisme » qu’elle défigure aux yeux d’une multitude d’âmes qu’elle maintient ainsi dans l’esclavage, la servitude, et la perdition, et, ce qui est plus grave encore, au nom de Jésus-Christ qu’elle confesse néanmoins comme Seigneur. L’Islam, au moins, n’a pas cette prétention !Ne discernez-vous pas mes frères que l’œcuménisme est une carte maîtresse dans le jeu de Satan, pour ces temps de la fin, préparant le chemin de l’anti-Christ et de son gouvernement mondial ? Aujourd’hui, si on ne met plus à mort, comme jadis, les « hérétiques protestants », ( en France du moins, et pour combien de temps encore ?) le diable a inventé cette géniale stratégie du compromis, merveilleusement illustrée par la fable de la « grenouille chauffée », qui n’est autre que l’histoire sans cesse répétée du serpent dans le jardin d’Eden : « Dieu a-t-Il réellement dit ? »« Quel accord entre Christ et Bélial ?…Quel contrat d’alliance entre le temple de Dieu et les idoles ? … J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple ( voilà le réveil !) Sortez du milieu d’eux et séparez-vous dit le Seigneur, ne touchez pas à ce qui est impur et Moi, Je vous accueillerai » ( 2 Cor 6 : 15-17)« Sortez de Babylone, mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés et de ne pas recevoir votre part de ses plaies » ( Apo 18 :4)« Ephraïm est associé aux idoles : laisse-le ! » (Osée 4 :17)« Ephraïm a multiplié les autels pour pécher » (Osée 8 :11)« Ephraïm se confond avec les peuples, il est devenu un gâteau qui n’a pas été retourné. Des étrangers dévorent sa force, et il ne le reconnaît pas » (Osée 7 :8)« Mon peuple périt parce qu’il lui manque la connaissance (de Dieu et de sa Parole, ou encore le discernement, la révélation…) (Osée 4:6)(Lire tout le livre d’Osée qui s’adresse en premier à Israël, mais s’applique aussi hélas à l’Eglise)Qu’il soit bien clair toutefois que, dans la pensée biblique et dans ma propre pensée, il est évident que la vérité est bien plus que la fidélité à une confession de foi, fut-elle bibliquement correcte. La vérité est une personne, c’est Jésus-Christ lui-même qui déclare « JE SUIS LA VERITE ». Nous sommes appelés à « marcher dans la vérité » ( 2 et 3 Jean), chaque jour, pas seulement à la proclamer de nos lèvres, c’est-à-dire que nos attitudes, paroles et comportements quotidiens doivent refléter Jésus-Christ.Ce n’est pas seulement un « credo » bibliquement juste qui nous sauve, mais une mise en pratique effective de notre foi . « la foi sans les œuvres est morte » (Jac 2 :26)Christ et sa Parole révélée dans l’Ecriture sainte sont indissociables, puisque Jésus EST LA PAROLE. Renier sa parole, c’est renier Christ Lui-même ! En effet, comment Christ pourrait-Il être formé en nous dans toute sa stature et sa plénitude, (Eph 4 :13-15) si nous rejetons, désobéissons, méprisons, Sa Parole révélée ? Et si Christ ne vit pas en plénitude en nous, par son Esprit-Saint, comment pouvons-nous espérer parvenir à pratiquer sa parole et être des « adorateurs en esprit et en vérité » ? (Jean 4/23)Mes frères bien aimés, s’il en est encore temps, et que vous avez des « oreilles pour entendre », je vous lance humblement mais du fond de mon âme et de toutes mes forces, un cri d’alarme, je vous en conjure :Sors de « l’eau bouillante des compromissions, chère grenouille évangélique » et alors tu pourras dire, comme le proclame la brochure, mais cette fois-ci avec vérité, parce que tu auras donné l’exemple du vrai courage : ( je reprends ci-après les dernières lignes du dépliant) « C’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil ! » Le réveil, c’est maintenant…tant que l’eau n’est pas encore trop chaude !Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ !Bien fraternellement, pour l’amour de la vérité et du Seigneur Jésus-Christ, qui est VERITE !Jacques CARUEL

20:03 Écrit par Gloire dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/09/2007

ETRE A TEMPS PLEIN

Aujourd’hui, dans les églises, nous entendons souvent des hommes ou des femmes qui disent qu’ils sont maintenant à temps pleins dans leur ministère, cela me fait rire car le fait qu’ils font un travail au niveau de l’église ou qu’ils soient pasteur, évangeliste, chantre……ils se disent qu’ils sont à temps plein. Le fait que nous ne soyons que de simple brebis dans une église veut alors dire que nous sommes à temps partiel….c’est  faux et archi- faux , comment peut-on servir Jésus à mi-temps, le jour que nous l’avons accepter dans notre vie comme Seigneur et Sauveur, c’est pour le servir à tout moment de notre vie, tout ce que nous faisons dans notre travail, maison…..dans notre vie quotidienne c’est pour sa gloire. Un vrai chrétien est toujours à temps plein peu importe sa place dans l’église locale.Voici une belle histoire très intéressante sur ce sujet :

Un homme d’affaires nommé Jésus

Dialogue entre un père et son fils: "Dis papa, tu es un homme d’affaires, toi ?" "Oui, bien-sûr, mais pourquoi cette question ?" "C’est quoi exactement papa, un homme d’affaires ?"...

- Oh ! Tu sais Samuel, c’est très vaste et ce mot en français recouvre des réalités très différentes parfois. Disons que c’est quelqu’un qui est dans le monde des affaires, dans le monde des entreprises, de l’économie, des finances… Cela peut être quelqu’un qui achète puis qui revend des marchandises, ou alors quelqu’un qui transforme des matières premières et fabrique des produits, ou encore qui apporte des services, comme la banque, l’assurance, les voyages etc…

- Oui… Je vois, mais dis-moi papa, toi, tu es un chrétien aussi ?

- Oui, bien-sûr, quelle question, tu n’avais pas remarqué ?

- Hum…Je crois que si… Mais un chrétien, c’est bien quelqu’un qui est disciple de Jésus, qui veut ressembler à Jésus, non… ?

- Oui, c’est bien cela, pourquoi ?

- Mais dis-moi papa, Jésus, Lui, Il n’était pas un homme d’affaires !

- Tu en es bien sûr Samuel ? Ecoute ce que nous dit l’Evangile en Luc 2/49 :

« Jésus, âgé de 12 ans – tiens le même âge que toi ! – avait accompagné ses parents Joseph et Marie à la fête juive de la Pâque à Jérusalem. Et il était resté à parler dans le temple avec les docteurs de la loi, les rabbis, sans que ses parents s’en aperçoivent. Quand, au bout de 3 jours, ils l’ont retrouvé, sa mère lui a dit : « Enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Voici que ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. »

Et sais-tu ce que leur a répondu Jésus ?

« Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? »

Eh bien, voilà la réponse à ta question Samuel : Jésus, dès l’âge de 12 ans, savait déjà très bien qu’Il avait été envoyé par son Père sur la terre pour s’occuper justement des affaires de son Père ! A ton avis, de quel Père s’agissait-il ?

- De Dieu bien-sûr, puisqu’il était son propre fils !

- Bien-sûr ! Donc tu vois que Jésus, déjà tout jeune garçon, s’est occupé des affaires de son Père ! Il était bien dans les affaires de son Père !

- Oui, d’accord papa, mais ce ne sont pas les mêmes affaires ! Jésus, Lui, il n’avait pas d’entreprise comme toi !

-Tu en es certain ? Tiens, d’abord, tu sais bien que Jésus a commencé à prêcher le royaume de Dieu et guérir les malades vers l’âge de 30 ans. Et que penses-tu qu’il a fait depuis l’âge de 12 ans jusqu’à l’âge d’environ 30 ans ?

- Je sais : il a sûrement travaillé avec son père Joseph, qui était charpentier à Nazareth, en Galilée, c’est écrit dans l’Evangile : il était le fils du charpentier !

- Bravo. Dis-moi, est-ce que tu penses que Jésus a été un bon charpentier ?

- J’en suis sûr ! Il a même dû être un « super pro » !

- Et est-ce que tu penses que Jésus a toujours été parfaitement honnête, sérieux, loyal, intègre dans son travail, tant vis-à-vis de ses clients que de son père Joseph, est-ce qu’il les a traités toujours avec douceur, bonté, droiture, considération, respect… ?

- Bien-sûr, puisque la Bible dit que Jésus n’a jamais péché, même pas une seule fois !

- Donc tu vois Samuel, Jésus s’est occupé des affaires de son père terrestre Joseph pendant 18 années ! Mais, dis-moi, pendant qu’il travaillait comme charpentier, penses-tu qu’il s’occupait déjà des « affaires de son Père céleste » ?

- Sûrement, depuis l’âge de 12 ans, puisque c’est Lui-même qui le dit ! Mais après ça, quand à l’âge de 30 ans, Il a commencé son ministère, Il n’avait plus rien à voir avec les affaires !

- Tu en es bien certain ? Ecoute ce que dit la Parole de Dieu en Matthieu 4/17-22 :

« Dès lors Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous car le royaume des cieux est proche. Au bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient un filet dans la mer car ils étaient pécheurs. Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Aussitôt, ils laissèrent les filets et le suivirent. En allant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée et Jean son frère qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père et qui réparaient leurs filets. Il les appela et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père et le suivirent. »

- Jésus a commencé son ministère de prédicateur en créant une nouvelle entreprise : une pêcherie d’hommes !

- Il a recruté d’abord des pêcheurs professionnels, Pierre, André, Jacques, Jean et les a ensuite formés, avec d’autres, non pour pêcher des poissons, mais pour une pêche « au gros, au très gros » : pour pêcher des hommes, c’est-à-dire aller chercher les perdus pour les conduire dans le Royaume de Dieu !

- Dis-moi Samuel, penses-tu que cette entreprise de pêche d’hommes existe encore aujourd’hui ?

- Oui, bien-sûr, et elle est même dans le monde entier !

- Et tu connais, toi, une entreprise créée par des hommes et qui aurait aujourd’hui 2000 ans d’existence ?

- Oh ! Non, sûrement pas !

- Et à ton avis, combien d’employés travaillent dans cette entreprise ?

- Oh ! La la… Je ne sais pas moi… des millions sûrement !

- Ainsi, tu vois, Jésus a fondé la plus grande et la plus ancienne entreprise au monde qui soit. Il est encore aujourd’hui le P.D.G.de la plus grande « multinationale » qui fonctionne encore sur la terre entière depuis 2000 ans ! Extraordinaire non ?

- Oui d’accord papa, c’est vrai, mais cette entreprise-là, elle ne fabrique rien, elle ne vend rien, c’est pas une entreprise comme les autres tout de même…

- C’est vrai qu’elle n’a rien à vendre. Mais qu’est-ce que ça change ?

Elle propose aux hommes d’acquérir gratuitement des « produits » qui s’appellent : Salut, Amour, Bonté, Pardon, Sainteté, Pureté, Vérité, Justice, etc… qu’ils peuvent accepter ou refuser…

La mission de cette entreprise ? Que la Gloire de Dieu remplisse toute la terre !

Ses résultats ? Des multitudes de vies sauvées et transformées, comme ma propre vie, de toutes nations, de tous peuples, de toutes langues, de toutes religions, et des progrès incalculables apportés à l’humanité dans de nombreux domaines… politique, économique, social, de la santé, de la condition humaine etc…

Et quand Jésus va revenir sur la terre, il établira le siège social de son entreprise non pas à New-York, à Tokyo ou Paris, mais à Jérusalem !

- Et elle a des concurrents l’entreprise de Jésus ?

- Oh ! Oui ! Elle a toutes les fausses religions apportées par les hommes et les faux prophètes, mais elle a surtout un concurrent principal de taille : il s’appelle Satan et ses « produits » sont exactement à l’opposé : ils s’appellent saleté, souillure, impureté, mensonge, haine, violence, discorde, meurtres, corruption…Mais bien-sûr l’emballage de ces produits-là est très soigné et souvent très attirant, il est très fort en « marketing et publicité »…

La mission de ce concurrent est de détruire tout ce qui appartient au seul vrai Dieu, à l’Eternel, le Dieu d’Israël, pour prendre sa place et pour que la terre entière l’adore !

Lui aussi, Il veut établir son siège social à Jérusalem ! C’est pourquoi, comme dit l’Ecriture en Zacharie 12, Jérusalem devient de plus en plus sous nos yeux « une coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour… une pierre pesante pour tous les peuples »

Le plan de Dieu est de sauver la race humaine, d’attirer tous les hommes à Lui, et celui de Satan est de les détruire et de les perdre.

- Mais alors, papa, dis-moi, pourquoi tu ne quittes pas toi aussi ton entreprise, pour suivre Jésus et travailler à plein temps dans son entreprise de pêcheurs d’hommes ?

- C’est une très bonne question, Samuel. J’ai été tenté de le faire, mais tu vois, le Seigneur ne me l’a pas demandé à moi. Au contraire, Il m’a fait comprendre qu’Il m’appelait à rester dans mon entreprise, mais qu’Il voulait que mon entreprise devienne la sienne…

- Je ne comprends pas…

- Dieu m’a montré qu’Il voulait se servir de mon entreprise et de toute ma vie professionnelle pour justement accomplir ses plans de salut et de bénédiction pour les hommes au-travers d’elle.

Mon travail ressemble à cet ânon que Jésus demande à ses disciples d’aller détacher – tu trouves ça dans les 4 Evangiles, par ex : Matthieu 21- et de lui amener parce qu’il dit qu’il « en a besoin ».

J’ai compris que Jésus avait besoin de mon entreprise pour accomplir ses plans, ses buts, ses projets pour les hommes.

Il n’a pas seulement besoin de ma vie personnelle, mais aussi de toute ma vie professionnelle pour cela.

C’est pourquoi j’ai « détaché »mon entreprise, comme cet ânon, du péché de ce monde, des habitudes, des façons de penser et de faire de ce monde…et je lui ai « amenée ».

Elle est devenue maintenant « Sa Maison, sur laquelle Son Nom est invoqué » ( Jérémie 7). Or, le Psaume 127 dit que « si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain » Et moi, je n’ai pas envie de travailler pour du vent tu comprends ?

- Oui, je crois…Tu veux dire que toi aussi, en tant que disciple de Jésus, tu dois t’occuper en premier des affaires de ton Père, même dans ton travail, c’est ça ?

- C’est bien cela. Mais plus exactement, je ne m’occupe pas en premier des affaires de Dieu, puis ensuite de mes propres affaires.

Car même lorsque je m’occupe des affaires de l’entreprise, je m’occupe en réalité des affaires de Dieu !

Parce-que mon entreprise est devenue aujourd’hui l’entreprise du Seigneur Jésus, tu comprends ? C’est lui le vrai patron, et moi je suis seulement son gérant.

L’entreprise existe d’abord et avant tout pour atteindre les buts du Seigneur, et non en premier pour gagner de l’argent. Ce n’est plus mon entreprise qui agit, mais c’est Jésus qui agit dans et par mon entreprise…

Et les buts du Seigneur, tu l’as compris, Samuel, c’est que des hommes, des femmes et des enfants viennent à Jésus et soient sauvés, et que ceux et celles qui le connaissent déjà, le connaissent encore mieux !

Jésus dit en Jean 6/27 :

« Travaillez, non en vue de la nourriture qui périt mais en vue de la nourriture qui subsiste pour la vie éternelle, celle que le Fils de l’homme vous donnera… »

- Oui d’accord papa, mais il faut bien quand même travailler pour manger, non ?

- Bien-sûr Samuel. Le Seigneur déclare en effet que « si quelqu’un ne veut pas travailler, il ne mange pas non plus »

Mais tu vois, ce qui doit nous conduire, nous diriger, nous motiver dans notre travail, et c’est vrai aussi pour ton travail à l’école, c’est la recherche de la volonté du Seigneur et de sa gloire. Voilà ce qui habitait le cœur de Jésus et ce qui devrait habiter constamment notre cœur !

Il a dit aussi en Jean 4/34 :

« Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre »

Et en Jean 6/38 :

« Je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé »

Voilà ce qui m’anime aujourd’hui : accomplir l’œuvre que le Seigneur a préparée pour moi au-travers de l’entreprise qu’Il m’a confiée ! Je veux de tout mon cœur m’occuper des affaires de mon Roi et de son royaume et ressembler à Daniel dont la Bible dit (6/5) qu’il « était fidèle dans les affaires du royaume »

- Bon d’accord, je crois que je comprends… Mais alors les produits que tu fabriques et que tu vends papa, ça n’est pas important pour Dieu ?

- Bien-sûr que si Samuel ! Comment serais-tu habillé si personne ne fabriquait de vêtements ?

- Dieu aime l’économie, c’est-à-dire toutes les activités qui consistent à produire des biens et des services pour les hommes de la terre, comme la nourriture, le vêtement, le logement, le transport, les moyens de communication, etc.

Toutes ces activités sont dans la volonté de Dieu, elles sont bonnes, à condition toutefois de respecter les hommes et toute la création, l’environnement et les lois divines.

Quand Dieu a placé l’homme dans le jardin d’Eden, au commencement, il est dit en Genèse 2/15 :

« L’Eternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder »

Cultiver et garder le jardin –toute la terre- voilà le but de l’économie !

Hélas, le péché de l’homme a tout gâché, tout sali, tout corrompu. Il a brisé les relations de confiance entre Dieu et l’homme et faussé complètement les buts et les desseins de Dieu pour l’homme et pour la terre.

Dieu a fait l’économie pour l’homme et non pas l’homme pour l’économie !

Aujourd’hui, c’est l’argent, le marché, et le profit égoïste qui imposent leur loi, dictent aux hommes leurs décisions, et creusent toujours plus l’écart entre les plus pauvres et les plus riches.

C’est pour cela que Jésus veut aujourd’hui racheter aussi toutes ces activités qui lui appartiennent, comme Il a racheté l’homme lui-même par son sang versé sur la croix ! Il veut rétablir une économie juste et équitable qui respecte la dignité de tous les hommes sur la terre.

Proverbe 11/18 dit :

« Le méchant se procure un gain trompeur, mais celui qui sème la justice a un salaire véritable »

- Donc, si je comprends bien papa, toi aussi alors tu es « à plein temps » pour Dieu dans ton métier,comme un pasteur ou un missionnaire ?

- Tu as tout compris Samuel ! Tous les vrais chrétiens qui veulent être disciples de Jésus, sont à plein temps au service de Dieu, 24h/24h et 7j/7j. Et ceci, qu’ils travaillent comme moi dans une entreprise, ou qu’ils aient été appelés à un ministère particulier à temps plein au service de l’église, comme apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs ou docteurs.

Sais-tu que le mot « métier » et le mot « ministère » ont la même racine en latin ? (mistier) Exercer un métier, c’est exercer un vrai ministère pour Dieu ! Il n’y a pas de différence de valeur aux yeux du Seigneur !

Sais-tu Samuel qu’en hébreux, le même mot AVAD signifie à la fois travailler -comme travailler la terre- et servir : servir les autres et servir Dieu, c’est-à-dire l’adorer, lui rendre un culte ?

Ainsi, de même que des pêcheurs de poissons sont devenus des pêcheurs d’hommes, on peut dire que tout métier, toute profession exercée par un chrétien, a une dimension, une vocation spirituelle. Parce que la Bible dit que nous sommes « ambassadeurs pour Jésus-Christ », nous travaillons non seulement pour produire des biens et des services mais aussi pour exhorter les hommes à être réconciliés avec Dieu !

Tiens, par exemple, si je construis des maisons, je vais aussi montrer aux hommes comment construire leur vie sur le rocher qui est Christ !

Si je cultive un champ, je vais aussi semer la bonne semence de la Parole de Dieu dans les cœurs !

Si j’assure les gens contre les accidents, les incendies… je vais aussi leur montrer comment on peut avoir la meilleure assurance : celle du pardon de ses péchés et de la vie éternelle… ! …

Tiens, toi qui aimes la météo, si un jour tu es un météorologue, tu apprendras aussi aux hommes à tourner leurs yeux vers le ciel… mais pour voir l’étoile brillante du matin : JESUS !

Je pourrais prendre des tas d’autres exemples…

- Woaw !!! Mais c’est génial !!!

- Oui Samuel, notre Dieu est « génial » ! Je crois vraiment qu’il n’y a pas un seul métier honnête qui ne vienne de Dieu… Tiens, si tu en trouves un seul dis-le moi…

Donc tu vois, en conclusion, tous les chrétiens authentiques, les vrais disciples de Jésus sont tous employés à plein temps dans les affaires de leur Père, comme Jésus a été Lui-même dans les affaires de Son Père !

Au-travers de leur travail qui appartient à Dieu, ils exercent un véritable ministère et sont au service du Seigneur et de leur prochain.

Ils suivent les traces d’ un homme d’affaires nommé JESUS !

Voilà la vision et le message que nous portons à la Chambre de Commerce Chrétienne Internationale !

Bon, allez, viens, on va aller déjeûner maintenant !

- Bonne idée, papa, je meurs de faim… Et on pourra dire au cuisinier que « l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ! »

16:18 Écrit par Gloire dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |